Manifestation devant la ferme des 1000 vaches avec Novissen

Actions
Typographie

La ferme dite des « 1000 vaches » est un projet de ferme usine débuté en 2011 par Michel Ramery, entrepreneur en BTP.

L’intérêt premier de cette « ferme » n’est ni la production de lait ni de viande mais bel et bien la production de méthane ! Ce sont les déjections des animaux qui alimenteront un méthaniseur. Ces déjections fermenteront pour dégager du méthane. Celui-ci alimentera une turbine pour produire de l’électricité, qui sera ensuite vendue à prix d’or à EDF, à 2 fois le prix du marché ! L’état, pour encourager la production d’énergie alternative, subventionne les méthaniseurs. M Ramery et sa ferme des 1000 vaches devraient donc toucher par an, 800 000 euros de subventions ainsi que 800 000 euros pour l’électricité vendue à EDF. Avec cet argent le lait de la ferme des 1000 vaches sera vendu beaucoup moins cher que la concurrence jusqu’à 270 euros la tonne contre environ 350 euros pour les petites exploitations.

Cette ferme usine sera entièrement robotisée et n’aura besoin que de 15 salariés. La vaches seront enfermées 365 jours par an et seront traites 3 fois par jours. Même si cette prison pour vache respecte toute les normes européennes, cette méthode productiviste, qui est la première du genre en France, tend à tuer les petites exploitations.

Selon un article du journal « Le Monde » paru le 10 octobre 2013, il y aurait un suicide tous les deux jours chez les agriculteurs, « des suicides liés aux difficultés économiques […] avec une surmortalité particulièrement marquée chez les éleveurs (bovins-lait et bovins-viande) âgés de 45 à 64 ans. »

Les premières vaches sont arrivées le 13 septembre 2014 vers 5h du matin. M Ramery a profité de la nuit pour contourné la veille des riverains de l'association Novissen, et obtenu la protection de la gendarmerie pour cette installation, illégale selon la confédération paysanne.

En France il y aura peut-être bientôt la ferme des 1500 taurillons à Landifay-Bertaignemont dans l’Aisne (une étude publique est en cours) et un élevage de 6120 porcs, à Rocquigny, dans le même département… Affaires à suivre.