Le volcan Islandais Eyjafjöll est entré en éruption le 20 mars 2010

Changement climatique
Typographie

Le volcan Islandais Eyjafjöll est entré en éruption le 20 mars 2010. Situé à 160 Km de la capitale Reykjavik, il bloque le trafic aérien de l’Europe à cause des émissions de fumée.

C’est après 200 ans d’inactivité que le volcan islandais Eyjafjöll s’est réveillé. Le volcan, situé sous l’Eyjafjallajökull, une calotte glacière, s’est d’abord manifesté le 20 mars suite à une éruption qui s’est produite sur les flancs du volcan. Le 14 avril, une deuxième éruption engendrait la formation d’un gigantesque nuage de fumée et de poussière qui perturbe le trafic aérien en Europe.

Formation du nuage

Lors de la première éruption, la faille qui est à l’air libre a entrainé ce que l’on appelle des « fontaines de lave » (projection de magma en fusion d’une centaine de mètres de haut). C’est une nouvelle fissure située sous le glacier qui a entrainé la deuxième éruption. C’est cette rencontre entre la glace et le magma qui a rendu l’activité du volcan plus explosive et entrainé des explosions de vapeur et généré des cendres volcaniques faites de débris de silicate projetés à environ 7 Km de haut.

Pourquoi le trafic aérien est perturbé ?

La fumée et les cendres qui proviennent du volcan sont dangereuses pour les avions car elles réduisent la visibilité en vol mais surtout parce qu’elles sont composées de 58% de minuscules particules de roche (silice et quartz) très dures, qui peuvent abimer les moteurs des avions en s’engouffrant dans les turbines. Le risque est d’autant plus grand que les avions ne sont pas équipés pour repérer les cendres volcaniques.

Combien de temps va durer l’éruption ?

" C'est extrêmement variable, cela peut aller de plusieurs jours à plus d'un an. Mais si l'on en juge par l'intensité de celle-ci, cela pourrait durer longtemps ", explique un professeur de géophysique islandais. Il est donc impossible à l’heure actuelle de prévoir la durée de l’éruption ainsi que l’expansion du nuage de cendre.

Quels risques pour les populations ?

Un quart des particules qui constituent les cendres volcaniques ont une taille inférieure à 10 microns et sont les plus dangereuses car elles peuvent pénétrer profondément dans les poumons. Cela dit, selon le ministère de la Santé " il n'y a pas, actuellement, de risque significatif pour la santé du fait de la haute altitude et de la dispersion du nuage de cendres." (11 Km de haut).