Algues vertes : des actions gouvernementales contradictoires !

Agriculture
Typographie

Il est communément admis qu'il existe des liens entre les rejets azotés liés à l'élevage industriel et à l'épandage d'engrais et la prolifération des algues vertes en Bretagne.

Une politique ciblée a été engagée par l'Etat pour atténuer la prolifération des algues vertes. Ainsi, le 7 octobre, l'Etat, les agriculteurs et les collectivités locales ont signé un "Plan préventif de lutte contre les algues vertes" en baie de Saint-Brieuc dont le but est de diminuer les flux d'azote.

Ce plan est  déjà jugé «insuffisant» par des associations environnementales...

Par ailleurs, le 11 octobre est paru au Journal Officiel le décret "relatif au programme de lutte contre la pollution des eaux par les nitrates" qui, s'il limite l'épandage d'azote à 170 kilos par hectare, augmente la surface prise en compte. En effet, il se réfère est la surface agricole utile (SAU), et non plus la surface habituelle de référence (surface potentiellement épandable, ou SPE). Or cette dernière est plus restreinte car de son calcul sont déduits certains périmètres proches des cours d'eau ou du littoral.

Même si ce décret intervient dans le cadre d’une mise en demeure de la Commission européenne, on peut se demander qu'elle cohérence il y a avec les programmes engagés pour réduire la pollution par les nitrates.